mercredi 13 janvier 2010

ANNÉE DE BONTÉ


Comme je me sens un peu « déblogué », je ferai lecture de mon agenda des dernières semaines.
J’ai fêté Noēl à Moutourwa, avec les gens que j’aime. Avant la messe je suis aller voir Bryé Marie, la mère de mon ami Yougouda. Elle a perdu sa fille d’à peine trente ans le 23 décembre. Elle est assise sur la natte, à l’entrée de son boucarou, avec ses sœurs : elle reçoit depuis la veille les condoléances. Bryé Marie si joyeuse d’habitude est méconnaissable de tristesse. Sa fille laisse deux enfants qui se retrouve sous la coupe maintenant de la Didé : le garçon de 13 ans est orphelin de père et de mère; la petite de 6 ans a encore son paternel. Yougouda et sa famille sont voisin de Bryé Marie, elle aura du soutien. Je laisse des bonbons et des œufs pour Noēl…
Après la messe, je commence une tournée avec mon ami Christophe. Départ à moto vers le village de Mordok, visiter la famille. Chez l’un, on goûte la viande séchée, chez l’autre le bœuf préparé et le vin de mil(Billi billi). De retour à Moutourwa centre, on fait un saut chez Bernadette Saraou (la maire adjointe), qui nous a gardé le canard braisé, le pigeon et le manioc. On ne quitte pas sans boire un peu le Billi billi. Enfin chez Christophe, Doudou et Dada Blandine m’offrent le meilleur canard. Il fait presque nuit.
Près de la chapelle catholique, il y a la danse traditionnelle. Je sautille un peu des épaules avant de rentrer ronfler mes calebasses de vin local (hic).
L’après Noēl se passera dans le sud du pays, avec les autres copains volontaires : les plages de Limbé et Kribi, un peu de Yaoundé et retour en train et bus : 30 heures de route au total.
En rentrant au village, je distribue les 144 mandarines achetées par la fenêtre du train aux voisins et amis. Plusieurs goûtaient pour la première fois à ce fruit si commun dans le sud camerounais, mais rare et cher dans l’Extrême-nord. Je passe chez Yougouda et Bryé Marie. Elle est toujours accablée. Yougouda lui dit que ce n’est pas bon de réfléchir : « elle réfléchit trop », qu’il me répète. J’apprend alors qu’elle a perdu son grand frêre le 1er janvier. Y’a de quoi réfléchir.
C’est le 12 janvier. Comme on dit ici, il n’est jamais trop tard pour souhaiter la bonne année ou pour offrir ses condoléances. Bonne année 2010 à vous qui me supporter par votre coup d’œil à ce blog. Je fais appel à votre bonté pour une pensée pour Bryé Marie. Merci!

1 commentaire:

Mathieu-Étienne a dit…

Bonjour Serge,
Je m'appelle Mathieu et je travaille pour CUSO-VSO à Montréal. Je trouve ton blogue très intéressant - même si je n'ai pas tout lu - et aussi j'ai pensé mettre un lien sur notre site web pour les gens qui seraient curieux de savoir comment se passe la vie au Cameroun pour un coopérant comme toi. Est-ce que ça te va? S'il y a quoi que ce soit, n'hésite pas à me contacter. Bon début d'année 2010 (et salutations à Jeanne Pelletier et Lyne Legault si tu les croises)!
Mathieu
mathieu.gagnon@cuso-vso.org