jeudi 9 avril 2009

PETITE MAISON JOLIE


Si vous parcourez les guides touristiques sur le Cameroun, on vous montrera souvent la maisonnette au toit de paille. Vous penserez peut-être que c’est la façon traditionnelle et qu’elle tend à disparaître...détrompez-vous! Pour cent maisons qui m’entourent, quatre-vingt-quinze ont cette allure de carte postale.
On commence la construction par le choix d’un emplacement. Avec la terre glaise qui forme le sol environnant et un peu d’eau, on fait un genre de ciment que l’on malaxe avec les pieds. On moule la brique rectangulaire qui sèche en quelques minutes. Quand les briques sont bien sèches, on fait encore un liant avec la terre, et on monte les murs de la maison ou de la clôture du jardin. La charpente du toit se composent de branches sur lesquelles on dépose de la paille attachée en petits paquets, que l’on étend bien serré pour que la pluie ne pénètre pas dans la pièce. On construit souvent plusieurs maisonnettes: chacune constituant une pièce en soi. L’aire à ciel ouvert au centre de ces cases forme la salle commune; on y cuisine, les enfants y jouent, etc. Il n’est pas rare de trouver des plus petites cases réservées aux animaux (cochons, brebis). On installe également dans la cour des paravents en paille (en secos) avec un toit. Cette pièce est fraîche et protège de la pluie. On l’utilise pour dormir dans les grandes chaleurs.
J’oubliais de parler du grenier à mil. C’est un genre de grosse urne en terre rehaussée avec des pierres et avec un mini toit de paille. On y “stock” le mil pour le consommer en saison sèche.
On rêve bien sûr de maison plus confortable, mais le faible coût de celle décrite la fait choisir comme habitat. On pourrait soutenir que c’est très “vert” comme mode de construction...

P.S. Prochainement (on emploie beaucoup ce mot ici), je vous parlerai de mon travail avec la mairie. Je suis encore dans la phase débroussaillage sur ce à quoi va ressembler mon projet. Allez...prochainement!

1 commentaire:

Albert Christophe a dit…

Bravo pour ton blogue, Serge! Il devient splendide et très bien écrit. J'espère que tu t'en serviras, lors de ton retour, pour écrire un livre sur cette belle expérience africaine! Il n'y manque qu'une chose: une photo de toi! Adriana et moi t'embrassons bien!